Mămăligă gourmet din Țara Românească

Les paysages de la belle roumaine tiennent en une recette : un grand tiers de plateaux à flancs de collines, un bon tiers de plaines pour les cultures et un quart de montagnes pour la beauté aux yeux.Mais, côté estomac, c’est plutôt polenta à tous les étages, ici en version gourmande de Valachie, plus précisément d’un hameau proche du lac Amaraà, la campagne bucolique de Slobozia. Mon oeil avait été attiré par une copie de la Tour Eiffel d’une cinquantaine de mètres. Emprunt confirmant l’esprit de liberté de la ville (slobozia signifie récent village de colons libres d’impôt). Faveur pas désintéressée car quoi de mieux pour fixer des gens pour lutter contre les tatars et les ottomans ?

La crème de Slobozia

C’est la vieille Timéa qui me fit goûter cette polenta crémeuse et souple (mais oui !), une femme forte comme le reste de la famille. Elle était apparentée à Mircea Dinescu, le poète prometteur de l’ancien régime mais devenu dissident : il était acquis au renouveau promis par les politiques de glasnost et de perestroïka de l’encombrant voisin soviétique. La famille fut surveillée par la Securitate jusqu’à ce que Mircea prenne part à la fameuse occupation de la télévision à Bucarest… en fait une « performance » orchestrée d’avance pour un vrai coup d’état. Si l’esprit libertaire de Mircea continua dans la création de plusieurs magazines satiriques, il s’est aussi reconverti … dans la viniculture ! Maintenant, le calme est revenu à Slobozia, ce qui n’empêche pas la vieille Timéa de pester contre les Turcs qui achètent le pays.

La Roumanie des Gourmands ne serait que peu de chose sans la Mămăligă, de rigueur dès qu’on dresse un repas aussi généreux que copieux… voire plus si affinités. Et pas seulement en robe de galette (adieu les privations du Conducător) ou en nage de bouillie (c’était bon pour les Romains). La farine de maïs mérite plus d’égard qu’une union à l’eau pure : il faut la sublimer par une cuisson au lait, servie chaude, renforcée de crème et revenue à la poêle. Épicure serait vexé, lui qui se disait heureux comme Jupiter avec de la polenta et de l’eau.

Alors sortez poêle et casserole ! C’est simple, goûteux et dépaysant !

Mămăligă gourmet din Țara Românească

Temps de préparation 50 min
Type de plat Accompagnement
Cuisine Roumaine
Portions 4 Personnes

Ingrédients
  

  • 250 G Polenta
  • 150 cl lait entier
  • 1 gros oignon rouge (plus doux encore, il existe une version avec de l'aubergine)
  • 2 grosses c. à soupe crème fraîche entière
  • Sel
  • Poivre
  • huile d'olive neutre

Instructions
 

  • Versez le lait dans une casserole, ajoutez le sel et le poivre puis faites bouillir
  • A ébullition, versez la polenta en pluie (pour éviter l'agrégation).
  • Remuez au fouet, toujours dans le même sens, à feux doux 5 minutes en mélangeant constamment jusqu'à obtenir une texture onctueuse. La préparation doit pouvoir se détacher des parois.
  • Ajoutez la crème et mélangez bien.
  • Certains gourmands ajoutent à ce stade, en fins copeaux, un fromage fumé comme le Cașcaval (littéralement le fromage à cheval), pas facilement trouvable en France : alors optez pour un Gouda fumé.
  • Coupez l'oignon en fines rondelles.
  • Versez 2 cuillères à soupe d'huile d'olive dans une poêle et faites rissoler l'oignon.
  • Mélangez l'oignon doré à la polenta.
  • Versez le mélange dans un moule à cake et laissez refroidir.
  • A froid, démoulez la préparation et sur une planche, découpez de petites parts.
  • Dans une poêle, versez de l'huile et faites dorer les parts quelques minutes.
  • Servir très chaud avec, pour le midi, une viande en sauce…. ou, pour le soir, une salade.

Bonus : Pour une recette encore plus goûteuse, vous pouvez optez pour un accompagnement de « caşcaval pané » : une tranche de caşcaval de 2 cm d’épaisseur (ou son remplaçant), trempée dans de la farine avec des oeufs puis de la chapelure, à faire frire à la poêle. Coupée en petits cubes, il accompagne encore plus délicieusement la mămăligă (pour un régime plus strict, visez l’accompagnement d’une salade de chou).

Un vin rouge adapté à nos coteaux pourrait être un Côtes-du-Rhône.

Poftă bună !

Bon appétit !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recipe Rating